Blog Nourriture pour l'esprit

La chèvre de ma Mère: principes de prospérité financière à l'Africaine

11 novembre 2020


La chèvre de ma Mère est un livre écrit par Ricardo Kaniama , un homme devenu millionnaire à partir de très peu de ressources financières.  Devenu Coach et conférencier, il est surnommé le“Kiyosaki d’Afrique” en référence à l'auteur du livre incontournable Père riche, Père pauvre

Ricardo Kaniama est né dans une famille aisée, son père était un riche propriétaire terrien qui possédait des plantations de café, des troupeaux de bœufs, de chèvres etc, l'un des hommes les plus riches  de sa contrée à cette époque. 
Ricardo grandira dans cette famille sans manquer de rien au milieu de ses frères, sœurs et demi- frères et sœurs car son père  était polygame.
Le père de Ricardo étant issu d'une famille matriarcale, à sa mort, comme l'exigeait les coutumes de son clan, tous ses biens revenaient non pas à ses femmes et à ses enfants, mais aux enfants de sa sœur à lui. 
Après le décès du défunt, tous ses biens ont donc été distribués aux cousins de Ricardo et sa mère et la coépouse de celle-ci ne recevront qu'une chèvre chacune.

  

La chèvre de Ma Mère part donc de cette histoire et nous montre comment cette femme réussira, à partir de cette seule chèvre, à se constituer tout un  troupeau pour nourrir ses enfants et financer leurs études.
 

L'auteur s'est inspirer de l'histoire de sa mère et de la stratégie qu'elle a appliquée pour lui-même, construire une fortune et devenir multimillionnaire en partant presque de  Zéro: il a avait 50 dollars au départ.

Tout au long du livre,  à travers la métaphore de la transformation de la chèvre en un troupeau, l'auteur nous illustre comment il est possible de devenir Riche, presque sans argent. 

Par où commencer? construire son capital avec les moyens de bord


Après le décès de son père et la traversée du désert qu'il a connues, l'auteur réussira, avec l'aide de sa mère à décrocher son diplôme. 
Une fois son diplôme obtenu et n'arrivant pas a décrocher un emploi susceptible de lui procurer un revenu décent, il commença à réfléchir à des moyens de s'en sortir. 
En repensant à l'histoire de la chèvre de sa mère, il décida d'appliquer le même principe pour s'en sortir. C'est ainsi que malgré des revenus très limités de  de 15 dollars par mois, il entreprit d'épargner tous les mois et au fil du temps se constitua un capital qui lui permis de démarrer une affaire.

Ne tuez pas votre chèvre!

Après avoir reçu chacune une chèvre en héritage au décès de leur défunt mari, les 2 coépouses prirent chacune une décision différente:
La belle-mère de l'auteur tua sa chèvre pour nourrir ses enfants et se retrouva très vite sans moyen de subsistance.
La mère de l'auteur elle, malgré la faim, malgré la tentation, refusa catégoriquement de tuer la chèvre.... Elle maintint ses enfants dans la privation...jusqu'à ce que la chèvre mis bas une fois, puis une nouvelle fois, jusqu'à se constituer un troupeau. 
Elle avait réussi à se refaire une santé financière comparable à celle qu'elle avait du vivant de son mari

Le message que l'auteur veut nous faire passer ici c'est celui de l'importance de l'épargne et ce, quels que soient nos revenus: ne pas tuer sa chèvre (Épargner, ne pas dépenser tous ses revenus) et tout faire pour la transformer en troupeau= faire fructifier son épargne.


Un second principe transparait ici:  celui de vivre en dessous de ses moyens de façon temporaire, celui de se priver temporairement  en attendant de se constituer un capital solide pour  créer une affaire 

Vivre en dessous de ses moyens et Épargner pour investir


Par ce schéma ci- après, simple, l'auteur schématise ce qui, selon lui, fait qu'une personne est pauvre et le demeure, il  montre comment on se maintient dans la classe moyenne et comment les riches eux, deviennent riches: le secret c'est de réserver une partie de ses revenus et de l'investir: "un troupeau peut naître d'une seule chèvre" 



 

La richesse se construit lorsqu'on épargne, non pas pour se payer des biens de consommation, mais pour investir... 

Les riches sont ceux qui ont des sources qui leur rapportent régulièrement de l'argent, ils font en sorte que l'argent travaillent pour eux, même pendant leur sommeil.
L'auteur est très attaché à la règle des 10% dont j'avais déjà parlée ici : il faut épargner tous les mois 10% de ses revenus et les destiner à un fonds d'investissement.

Se fixer des objectifs ambitieux et maîtriser ses dépenses.


Après savoir réussi a se constituer un pécule de 50 dollars, l'auteur s’était mis en tête d'épargner 3500 dollars en une seule année. Très déterminé à changer sa situation, il se serrait la ceinture et s'organisa pour atteindre son objectif à force de privations  et d'énormes sacrifices. 

Par ailleurs, Ricardo Kaniama accorde une place prépondérante à la maitrise des dépenses dans le processus de constitution et de pérennisation de la richesse. Sans budget établi, maîtrisé et rigoureusement respecté, atteindre la prospérité financière est difficile voire impossible. 
La maîtrise des dépenses implique de résister à certaines traditions africaines qui poussent à des dépenses inutiles (Obsèques dispendieuses par exemple) et aux multiples sollicitations familiales ou amicales.

Investir dans des business rentables, protéger ses investissements et éviter de s'endetter


L'auteur propose ici différentes pistes d'investissement et insiste sur la nécessité de protéger ses investissements contre les escroqueries et autres abus de confiance
Par ailleurs, il préconise de ne pas s'engager dans un projet d'investissement donc le coût serait supérieur au capital disponible.

L'importance de l'éducation financière dans la pérennisation de la richesse


En plus de l'importance de l'épargne, ce principe se retrouve dans tous les livres de prospérité que j'ai lus à ce jour
Comme dit l'auteur:

 "il est plus facile de gagner de l'argent que de le conserver" 

L'éducation financière permet de développer des connaissances et des aptitudes pour continuer à faire fructifier son argent et a conserver sa richesse.

Les autres leçons du livre


L'indépendance financière des femmes africaines est une nécessité impérieuse.

En tant que femme, notamment en Afrique où les lois sont très peu protectrices envers les concubines, les veuves et même envers les femmes mariés etc... il est indispensable d'avoir sa propre sources de revenus.
Si la mère de l'auteur avait été indépendante financièrement, elle n'aurait pas eu à traverser ces moments de pauvreté extrême avec ses enfants au décès de son mari.
Cette femme après avoir été mariée pendant près de 25 ans, sans jamais réellement développer sa propre activité, se retrouvera avec une seule chèvre à son décès.
 
Les études et les diplômes ne garantissent pas la prospérité financière
 
Pour Ricardo Kaniama, le système scolaire tel qu'il est organisé, forme à tour de bras de futurs chômeurs et n'apporte pas de clés concrètes pour atteindre la prospérité. Il est donc nécessaire de s'éduquer soi-mêmes pour atteindre cette prospérité.

Certains Chrétiens africains font une mauvaise lecture de la bible et s'empêchent d'atteindre la prospérité financière

J'ai vraiment aimé cette partie du livre.
Il y a une attitude de certains catholiques qui m'a toujours interrogée: ils ont une vision très particulière de la richesse. Ils utilisent souvent des expressions comme "Vanités des vanités, tout est vanité" ou "Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d'une aiguille qu'à un riche d'entrer dans le royaume de Dieu"
Pour eux, la richesse matérielle sera vaine et priverait le croyant de la vie éternelle.
L'auteur déconstruit cette idée en montrant que la vie chrétienne n'est pas une négation de la recherche de la  richesse et de la prospérité financière.

Les vicissitudes de la vie existeront toujours mais nous sommes responsables de notre vie et de notre réussite 

Ce principe de responsabilité est très important parce qu'une fois que l'on a intégré, on ne se trouve plus de prétextes ou d'excuses pour ne pas agir. 

Avoir un partenaire qui partage votre vision est un gage de réussite

Lorsque la personne qui partage votre vie a la même vision que vous, il est plus facile d'atteindre ses objectifs. L'auteur s'est mariée à un moment de sa vie où il n'avait presque rien. Cette femme a accepté ses conditions de vie et a vécu avec lui dans une extrême précarité. Elle partageait son projet et a contribué avec lui à le concrétiser.

Ce que j'ai pensé du livre:


ll est très écrit dans un langage simple, clair et accessible, les illustrations sont très éloquentes.
Nos réalités africaines sont bien intégrées dans les développements de l'auteur.

Néanmoins, certains paragraphes du livre sont redondants, il y a énormément de redites comme si l'auteur cherchait a "meubler" un vide.
De plus, l'auteur préconise de ne jamais recourir aux  crédits, ce qui est à mon sens discutable: les plus grands hommes d'affaires et les plus grandes fortunes ont recours aux crédits pour développer leurs affaires, ce qui importe c'est de connaitre ses limites pour ne pas tout perdre. 


La citation du jour: Elle est de Folorunsho Alakija, selon Forbes, la femme noire la plus riche du Monde. Au sujet de la prospérité financière, elle a dit "Rome ne s'est pas construite en un jour. Tant que vous continuerez à lutter et à vous battre, vous y arriverez d'une façon ou d'une autre"  



 

Partager :

0 commentaires
Commenter avec